Sentier Urbain Castell de Bairén

Sentier Violet

Point de départ et d’arrivée: Parc de L’Alqueria Nova (Parc de Sant Pere)

Distance: 2,5 km.

Temps estimé: 2 heures.

Différence d’Hauteur maximale: 95,2 m.

Difficulté technique: Modéré.

castell de bairen castell de bairen
porta del castell de Bairen porta del castell de Bairen

Comment Arriver:

L’Urbanet. Line 3. Arrêt Joan Martorell. Fréquence de passage: 30 min.

La Marina. Line 3 (Renfe-Centre de menors de Beniopa). Arrêt Joan Martorell. Fréquence de passage: 15 min.

Safor-bici. Station la plus proche: Hospital.

Itinéraire:

Télécharger dans:KML
GPX
PDF

Le sentier, Senda Morada, qui possède la couleur emblème de Gandia, est un parcours plat qui commence dans un parc très populaire, celui de L’Alqueria Nova ; cette première partie effectuée dans la ville poursuit dans des chemins ruraux qui traversent de petits bois d’arbres, où habite toute une faune méditerranéenne. Nous arriverons à un sentier de pierre qui conduit jusqu’au château Castell de Bairén, à la cime de la colline
de Sant Joan. Une fois arrivé en haut, nous découvrirons un mirador naturel avec des vues panoramiques spectaculaires de la ville de Gandia, les marais de La Marjal, la mer méditerranée et nous devinerons le cap de la ville de Cullera au Nord et la cime du Montgó vers le Sud.

Parc de l’Alqueria Nova

Cette route commence dans l’un des parcs urbains le plus particulier de la ville, connu sous le nom de Parc Sant Pere, imaginé et dessiné dans le style des jardins anglais.
Il s’agit d’un parc très populaire où plusieurs générations d’habitants de Gandia y ont joué et se sont laissés rouler sur ses pentes pendant leur enfance. Nous pourrons apprécier ses collines, ses bananeraies et pins blancs, ainsi que un étang de nénuphars au centre.

Une mention spéciale doit être faite à la biodiversité de sa faune si intéressante, ayant des espèces d’oiseaux et d’ amphibiens protégées qui se réfugient entre les murs de ce Parc.
Lorsque nous sortons sur la rue Nou d’Octubre, nous suivons l’itinéraire vers un petit jardin situé à côté de l’école Joan Martorell, d’ où nous pouvons déjà contempler la silhouette de l’ancien village de Beniopa.

Beniopa

Aujourd’hui, bien que le village soit intégré dans le tissu urbain de la ville, il conserve encore sa saveur de village valencien méditerranéen.

Le clocher élancé et la coupole typique de l’église néoclassique de Santa Maria Magdalena se détachent avec un demi-dôme orange et ses tuiles bleues.
Nous traversons le pont sur le canal, connu comme Barranc de Beniopa, qui sépare l’ancien village de Beniopa de la ville, contournant celui-ci en direction du domaine de la Banyosa.

 

 Finca de la Banyosa

En dehors du centre-ville, une route rurale mène à travers les orangers jusqu’au domaine de la Banyosa, une ancienne ferme possédant deux moteurs d’irrigation.
Avant de passer sous la route, nous apercevons un sentier à droite qui mène à une vieille poudrerie, alors que nous découvrons l’imposante silhouette de la cheminée de La Banyosa.

C’est le seul vestige qu’il reste d’une ancienne usine de fumier, protégée comme BRL (Bien de Relevance Locale).
Nous avançons sur le sentier, en parallèle au périphérique, et nous traversons une petite forêt de pins blancs typiquement méditerranéenne où, avec un peu de chance, nous pourrons découvrir la faune qui y habite.

 

 Pla Xiquet

En passant devant l’ancien terrain de football, un chemin s’ouvre sur la gauche qui mène au Pla de Xiquet. Il s’agit d’un curieux plateau appelé poljé, produit par l’érosion karstique et qui est utilisé actuellement comme champ de tir.

 

 Ancienne Finca Rausell

Une fois que les installations du chenil municipal ont été dépassées, nous atteignons la fin du domaine. Quand nous arrivons à un carrefour, nous découvrons un coin très spécial qui respire la spiritualité populaire, la grotte de Devoció Mariana, située dans
une partie des murs qui appartenaient à la Finca Rausell. C’est un lieu intime, aux détails particuliers qui surprennent les promeneurs et qui ne laissent personne indifférent.

La route continue et nous apercevons déjà la silhouette majestueuse du château, Castell de Bairén, sur une colline calcaire. Avant d’atteindre le début du sentier de montée, à droite, il y a une morsure dans la montagne, provoquée par une ancienne carrière de
pierre. Ce terrain agricole abrite une grande quantité de plantes d’une variété des plus abondantes de la région: le figuier de barbaries. Les pierres extraites de cette carrière ont été utilisées pour construire le brise-lames du Port de Gandia, à la fin du XIXe
siècle. Elles furent transportées jusqu’au Grau en charrette.

 

 Tossal de Sant Joan

Un sentier sinueux, situé sur la colline de San Juan (108 m) et qui appartient à la chaîne de montagnes de la Falconera, monte jusqu’au château. Une pente en forme de zigzag qui, en bas, permet de contempler une curieuse brèche dans la roche utilisée pour abriter le bétail appartenant à différents habitants du village de Beniopa.
Pendant l’ascension, la végétation de la colline nous présente quelques espèces botaniques typiques ainsi qu’une très riche gamme de plantes et d’arbustes, tels que le romarin et le cœur de palmier. Parmi les espèces présentes, nous remarquons un arbre
assez particulier appelé caroubier malodorant ou mauresque, qui fut introduit dans cette région de façon exceptionnelle.
Une fois arrivé au sommet de la colline, la vue panoramique sur la région est spectaculaire: la ville de Gandia, les marais de La Marjal et la mer Méditerranée, du cap de Cullera au nord, jusqu’à la cime du Montgó au sud.
Un arc en plein cintre donne accès à la forteresse par laquelle on entre à un espace clos par d’épais murs défensifs où vivent des espèces végétales d’intérêt, tel qu’un mastic centenaire.

 Castell de Bairén

A l’intérieur de l’enceinte fortifiée, les pierres évoquent des événements historiques et elles sont les témoins du passage du temps. Des parties de la structure de la forteresse de l’époque musulmane (X ~ XIe siècle) sont encore visibles, telles que des murailles, certains vestiges du système défensif extérieur de barbacane et la citerne intérieure. La construction de l’ermitage, l’Ermita de Sant Joan, qui donne son nom à la colline et aussi au château, date de la période chrétienne. Après un repos bien mérité, nous reprenons le chemin de retour : la descente étant
toujours plus facile.

 
 

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies