Senda Urbana de
Venècia et le Grau 

senda blava

Point de départ et d’arrivée:
Parc de l´Oller

Distance: 4,6 km.

Temps estimé: 1 heure.

Différence de niveau maximale: 6,8 m.

Dificultat tècnica: Facile.

senda blava senda blava
Els tingals de nit Els tingals de nit
Els tingals Els tingals
Esglèsia Sant Nicolau Esglèsia Sant Nicolau
Festes de la Mare de Déu del Carme Festes de la Mare de Déu del Carme
Antiga via ferrocarril Antiga via ferrocarril
Vies del ferrocarril Vies del ferrocarril
Centre Social Marcel.lí-Pérez Centre Social Marcel.lí-Pérez
Centre Social Marcel.lí-Pérez Centre Social Marcel.lí-Pérez
venecia venecia

Comment arriver:

La Marina. Línia 2. Arrêtez Carretera del Grau. Fréquence de passage: 15 min.

urbanetSafor-Bici. Station la plus proche: Plaça la Marina.

Disposition de la route:

Télécharger en: KML
GPX
PDF

Le sentier, Senda Blava, nous montre l’importance que la mer et la rivière, avec tous les éléments vivants qui la forment, ont dans nos vies. Le parcours commence dans le Grau de Gandia en direction de l’embouchure du Serpis, un habitat très écologique qui agit comme une zone de transition entre l’eau douce et l’eau salée, entre l’écosystème terrestre et marin, où la diversité de la flore et la faune, ainsi que l’activité prédominante de la pêche, s’harmonisent avec le parfum de la mer.

Nous commençons notre chemin à partir du Parc de l’Oller situé face à l’école Mª Ángeles Suárez de Calderón. Ce parc porte le nom de l’épouse d’un homme, fils adoptif du village du Grau, le président du club de football CF Atlético de Madrid, Vicente Calderón. Ce fut un grand promoteur du tourisme à Gandia pendant les années 50-60, où il est venu passer chaque été. Nous nous dirigeons vers le quartier des pêcheurs, connu sous le nom de Barri de Venècia par l’avenue, Avinguda del Port.

 Barri de Venècia

Le chemin longe ce quartier populaire, mais cet itinéraire n’y pénètre pas. Il faut tourner à droite mais, avant de continuer, il est intéressant d’expliquer que le quartier est formé par un ensemble de maisons basses et de petites parcelles qui ont émergé dans les années 60 sans aucune planification urbanistique prévue ; de là son caractère populaire.

Le quartier est situé à l’embouchure de la rivière Serpis, sur un terrain construit sous le niveau de la mer, de sorte que lorsque les pluies torrentielles tombent en automne, cette zone s’inonde facilement et ses rues se transforment en canaux d’eau comme ceux de la célèbre ville italienne.

 Camí de la Gola de la rivière Serpis

Une fois arrivé au bord de la rivière, juste à l’embouchure, l’environnement invite à se promener tranquillement jusqu’au début du sentier qui s’ouvre à droite. Ce tronçon de berge nous permettra d’apercevoir certains oiseaux des marécages dans un mirador discret. Cette cachette est parfaite pour en apprendre plus sur les différentes espèces qui y habitent, telles que le canard royal ou colvert (Anas platyrhynchos), la foulque macroule (Fulica atra) et la poule d’eau (Gallinula chloropus). Nous apercevrons ces oiseaux dans les endroits les plus calmes de la rivière.

Le contrôle du débit de la rivière Serpis par le barrage de Beniarrés et les extractions d’eau pour l’irrigation, sont la raison pour laquelle la plupart de l’année l’eau n’atteint pas l’embouchure.

Le sentier en bordure de rivière nous permet d’arriver de la mer à la route CV-670 de Daimús et de revenir sur nos pas par le même chemin. Pendant le retour, nous pouvons contempler quelques maisons rurales ou des fermes dispersées dans le paysage (Alqueria del Gall, de les Bolas, dels Peiró). Maisons de campagne d’un passé récent, qui nous rappellent l’importance de l’activité agricole dans la région.

Pendant le trajet, nous profiterons de l’ombre des arbres de la forêt riveraine et des vues sur la chaîne montagneuse, jusqu’au magnifique mirador de la jetée. Endroit idéal pour admirer de magnifiques vues sur la mer Méditerranée et l’embouchure du Serpis. Cette jetée nous invite à respirer profondément et à sentir l’odeur fraîche de l’eau salée, à écouter les oiseaux marins qui nous accueillent et à nous laisser emporter par le charme de ce paradis caché.

Nous revenons vers la côte, en traversant une forêt typique de pacage, où nous pouvons observer comme la flore est influencée par les éléments de la nature. Constatons la curieuse image des pins à moitié couchés par la force du vent comme exemple de l’adaptation des plantes à l’environnement.

Nous arrivons à la place, Plaça dels Juncs et nous prenons le chemin à droite, par la route de Venècia jusqu’ à la plage.

Ancienne gare ferroviaire

Nous prenons le chemin, Camí de Venècia, protégé par le mur qui nous sépare des hangars du port, jusqu’ à la rue, Carrer Llevant. Une fois arrivé à ce point, nous tournons à droite pour atteindre une ancienne gare ferroviaire et ses voies désaffectées qui nous rappellent l’importance que ce moyen de transport eut dans le développement économique de la ville. La voie Alcoi – Gandía était un axe de prospérité qui jumelait les deux villes valenciennes, les introduisant pleinement au XXe siècle.

La voie ferrée d’Alcoi-Gandia nait du besoin de fournir du charbon et des matières premières (teintures, coton, etc.) pour l’industrie du textile de la ville d’Alcoi et d’ouvrir une connexion portuaire vers l’extérieur. Il s’agissait donc d’un moyen de transport efficace pour importer des matières premières et exporter des produits de l’industrie du textile, compte tenue de l’orographie de la ville intérieure. Le dernier voyage du train appelé Xitxarra eut lieu le 15 avril 1969.

 Quai du port de pêche

A travers le jardin de l’ancienne gare, nous descendrons quelques marches jusqu’ aux quais, où nous trouverons le bâtiment symbolique du marché aux poissons ou l’église avant-gardiste de St. Nicolau de Bari. L’odeur intense du poisson nous ouvrira sans doute l’appétit et nous donnera envie de déguster du riz ou une fideuà, plat typique de la gastronomie de Gandia, à savourer dans l’un des nombreux restaurants du Port.

A l’extrémité du quai se trouvent le marché aux poissons, 12 hangars identiques et imposants – appartenant à l’origine à la compagnie anglaise Alcoy Harbour Company Limited, concessionnaire du Port de Gandia. Ces bâtiments furent construits en 1908 pour y installer les oranges qui devaient être embarquées et exportées du Port de Gandia. En 1931, trois autres hangars furent ajoutés en même temps qu’une tourelle de 19 mètres avec une montre sur chacun de ses quatre côtés. Cet édifice singulier est devenu l’emblème du Port de Gandia.

Actuellement, une partie de ces hangars sont désaffectés et certains sont destinés à d’autres usages tels que le stockage de rouleaux de papier ou convertis en espaces de recherche gérés par la Universitat Politècnica de València (en français, l’Université Polytechnique de Valence).

La Lonja de Gandia où se déroule la vente aux enchères du poisson, est également située sur le quai. Il s’agit d’un espace multifonctionnel qui sert de point de rencontre entre les pêcheurs et les distributeurs de vente de poisson en gros. C’est également un lieu de rencontre pour la collectivité des travailleurs et travailleuses de la pêche. La flotte de pêche du Port de Gandia se compose actuellement de 76 bateaux qui pratiquent différentes sortes de pêches telles que le chalutage, la pêche artisanale et la pêche à la palangre.

 Église de Sant Nicolau

L’ église, dédiée à Saint Nicolas de Bari, est l’édifice religieux le plus important de l’architecture moderne de Gandia. Une structure en béton armé qui, combinée avec du fer et du verre, donne au bâtiment un aspect léger et innovant.

L’ensemble de la paroisse se compose de l’église, de la maison abbatiale et du cloître avec un clocher en retrait. À l’intérieur se trouve la sculpture de la vierge, Mare de Déu Blanqueta, la patronne du Grau et des marins.

Quartier maritime de Grau de Gandia

La tradition de pêche de cette partie de la ville remonte à l’époque romaine. La pêche, la préparation des produits à embarquer et la culture des terres voisines, transformèrent la colonie primitive romaine du Grau et favorisèrent la croissance de celle-ci aux XVIIIe et XIXe siècles.

Le canal de San Nicolau a toujours servi de barrière naturelle entre les deux secteurs du Grau, jusqu’à la construction d’un pont reliant les deux parties et consolidant le noyau urbain actuel.

Si nous traversons le pont en direction à la place, Plaça de la Marina et au Parc de Marcel·lí Pérez (un maire héroïque qui s’opposa à la dictature franquiste), nous arrivons par la rue de la Goleta au Parc de l’Oller, point de départ de ce sentier circulaire.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies