Senda Urbana de

Benipeixcar

Senda Groga

Point de départ et d’arrivée:  Parc de les Ambrosies ( Ermita de Martorell )

Distance: 2,5 km.

Temps estimé: 1 heure.

Différence maximale: 23,6 m

Difficulté technique: Facile

Itinéraire circulaireAdapté aux enfantsÉglise

Comment  arriver:

Urbanet. Ligne 3. Arrêt les dimanches, cimetière. Fréquence de passage 30 minutes.
9.00 a 13.00 h./16.30 a 20.30 h.

Safor bici. Station la plus proche: rue Rafelcofer.

Diposition de la route:

Télécharger en:KML GPX
PDF

L’itinéraire se déroule principalement sur des chemins de terre compacte avec des zones de gravier par endroits et des parties de chaussée. Une promenade qui passe par un verger très proche du centre urbain de Gandia, avec un paysage agricole et une diversité de flore et de faune typique de la rivière Serpis, à remarquer quelques espèces d’arbres monumentaux.

 Ermita de Martorell

Nous commençons la marche à partir de l’ermitage situé dans le lieu-dit l’Alqueria de Martorell, un petit rassemblement de maisons dans un verger près du centre urbain de Gandia.

L’ermitage est un bâtiment historique, probablement d’origine islamique qui, après la reconquête chrétienne du XIIIe siècle, fit partie d’un ensemble plus vaste de bâtiments.

Ce hameau a appartenu durant plusieurs siècles à la célèbre famille de nobles, Les Martorell.

Devant l’ermitage, on peut observer une des espèces d’arbres monumentaux que nous trouvons tout au long de la route, le micocoulier austral.

Il s’agit d’un arbre placé fréquemment près des fermes, et qui a traditionnellement été utilisé pour fabriquer des outils agricoles et obtenir du bois de chauffage et du charbon de bois.

Nous continuons sur le chemin de l’Anella jusqu’au prochain arrêt.

  Horts Socials Ecològics         

Derrière l’ermitage, Ermita de Martorell, se trouve l’espace appelé Horts Socials Ecològics (Potagers sociaux écologiques).

Ce sont des terrains municipaux que la mairie prête en régime de cession à des citoyens qui vont les utiliser pour faire de l’agriculture écologique.

Avec ce projet municipal, Gandia s’engage résolument à faire coexister différentes générations d’agriculteurs et à maintenir les champs, tout en récupérant la tradition agricole.

Pont de fer

Nous atteignons le pont de fer de l’ancienne voie ferrée Gandia – Alcoi, qui jusqu’en 1969 servait de liaison entre le Port de Gandia et les régions industrialisées de l’intérieur.

 Cimetière municipal

À 100 mètres, le sentier tourne à droite où nous pourrons nous reposer à l’ombre des micocouliers et contempler la silhouette de l’Alqueria de Martorell de l’autre côté de la rivière.

Avec un peu de chance, nous pourrons être surpris par l’apparition de la jolie huppe, un oiseau d’environ 28 cm de long, rose-brun avec des ailes et une queue rayée en noir et blanc.

Nous passons sous le pont de la route nationale N-332 jusqu’au parking du cimetière municipal de Gandia, où une croix de pierre nous accueille.

La partie centrale du cimetière est une promenade intéressante. Il s’agit d’une extension de 8000 m² avec des arbres monumentaux qui sont inclus dans le Catàleg d’Arbres i Alberedes d’Interes Local (en français, Catalogue d’arbres et des promenades peuplées d’arbres d’intérêt local) pour leur singularité.

L’araucaria ou Pin de Norfolk, le bananier, le jacaranda ou le palmier washingtonia sont les plus remarquables. Parfois, certains d’entre eux, comme les cyprès, qui atteignent jusqu’ à 14 mètres de haut, sont centenaires.

Pour continuer le sentier, il faut revenir sur ses pas pour rejoindre la route initiale. Une fois que nous sommes arrivés sous le pont, il faut prendre à droite un sentier parallèle à la route nationale en direction de la zone industrielle, Polígon de Benieto.

Finalement, en suivant les indications nous arriverons à l’ermitage de San Vicente.

  Ermita de Sant Vicent

L’ermitage, Ermita de Sant Vicent, actuellement désaffecté, est un bâtiment protégé déclaré BIC, bien d’intérêt culturel. L’église actuelle date du XVIIIe siècle, bien que nous connaissions l’existence d’une plus ancienne, à partir du XVIe siècle. C’est ce que l’on raconte quand on dit que le saint valencien, Vicent Ferrer, y prêchait.

Jusqu’aux années 50 et 60, on y célébrait un pèlerinage traditionnel en honneur du saint. Un figuier feuillu pousse dans la fraîcheur de son patio frontal.

La culture du figuier et la consommation de figues sont étroitement unies à notre histoire car ce fruit a été vital pour la subsistance des Valenciens. En effet, il est facile de trouver des arbres dans toutes les fermes et les ermitages du territoire.

A partir de ce moment, la route passe entre des bâtiments industriels. Mais à notre retour, nous apercevrons le majestueux pin des canaries qui domine le rond-point de la route de Villalonga.

Lorsque nous traversons le pont Menéndez y Pelayo, nous reprenons le périphérique pour rejoindre le Parc Ambrosia où se trouve l’ermitage appelé Ermita de Martorell, point de départ et fin de ce parcours.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies